Indicateur 8 : Protection

Protection des droits fondamentaux des femmes et des filles

Certains cadres internationaux, régionaux et locaux des droits de l’Homme pour la promotion et la protection des droits des femmes sont :

  • la Constitution de la République fédérale du Nigéria (droits fondamentaux de l’homme),
  • la loi sur les droits de l’enfant,
  • la loi sur l’interdiction de la violence contre les personnes,
  • la loi sur les délits sexuels,
  • la loi sur l’administration de la justice pénale ,
  • le Code pénal,
  • la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples,
  • la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant,
  • le Protocole à la CADHP relatif aux droits de la femme en Afrique,
  • la Déclaration solennelle de l’UA sur l’égalité des sexes en Afrique,
  • la Déclaration universelle des droits de l’Homme,
  • la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes,
  • le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels,
  • le Pacte international relatif aux droits civils et politiques,
  • la Convention internationale contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants,
  • la Convention sur les droits de l’enfant,
  • la Déclaration de l’Assemblée générale des Nations Unies sur l’élimination de la violence contre les femmes hommes,
  • la Déclaration et le Programme d’action de Pékin, les femmes ont pour mandat d’avoir les mêmes droits et libertés que les hommes.

Les principes clés de ces instruments incluent la non-discrimination, l’égalité des droits, la participation, l’autonomie individuelle et la non-violence.

Le gouvernement fédéral a adopté la politique nationale sur l’égalité des sexes en 2006. Dans le cadre de cette politique, le gouvernement doit être proactif dans son engagement à résoudre les problèmes affectant les femmes et à assurer l’intégration des questions féminines dans la formulation et la mise en œuvre de toutes les politiques et programmes. La politique met expressément en évidence les problèmes rencontrés par les femmes dans divers secteurs de l’économie tels que l’éducation, la santé, l’emploi, l’agriculture, la réforme juridique, la protection législative et la prise de décision. Une autre politique est le NAP pour la mise en œuvre de la résolution 1325 du CSNU sur les femmes, la paix et la sécurité. Actuellement, la Commission est à l’avant-garde d’un projet de loi sur la participation des femmes aux élections. Le projet de loi vise à prescrire des quotas de femmes pour les élections au Sénat, à la Chambre des représentations, aux chambres d’assemblée d’État et aux élections des conseils régionaux du FCT afin de soutenir et d’améliorer la participation et la représentation des femmes dans certains postes électifs.

Violence basée sur le genre  et cas de violences sexuelles

Malgré le tollé général suscité par l’augmentation des cas de viol au Nigeria, il semble qu’il n’y ait pas de fin à l’ennemi juré. Il n’y a pas de jour dans le pays sans qu’un cas de violence sexuelle, en particulier de viol, ne soit signalé dans les médias. Une raison contestable de l’augmentation apparente de la violence sexuelle au Nigéria pourrait être que les victimes de violence sexuelle sont de plus en plus encouragées à signaler ces crimes. Cependant, il se pourrait aussi qu’il y ait une augmentation du taux de violence sexuelle au Nigeria. La récente violation sexuelle et le meurtre d’un étudiant de 22 ans à l’Université du Bénin ont attisé les braises de la prise de conscience et de la condamnation croissantes de la violence sexuelle dans la société nigériane. Depuis l’incident, de nombreux autres cas de violence à l’encontre de femmes et de filles ont été signalés, et les violations sexuelles de petites filles dans le pays sont encore plus inquiétantes. Lors du déjeuner du registre des délinquants sexuels dans le cadre de la stratégie du gouvernement pour faire face au problème du viol dans le pays en décembre 2019, Mme Pauline Tallen, ministre nigériane des affaires féminines et du développement social, a affirmé qu’environ deux millions de Nigérians (principalement des femmes et des filles) sont violées chaque année. Ce chiffre, bien que non prouvé, montre qu’il existe une défaillance systémique dans la gestion de cette criminalité en spirale. Par exemple, un sondage réalisé par NOIPOLLS en juillet 2019 a révélé que la plupart des Nigérians (85 %) pensent qu’il existe une forte prévalence de viol au Nigeria. C’est une situation préoccupante.

Pour chaque problème, il doit y avoir une issue ici. Les solutions possibles pour réduire la menace de la violence sexiste, en particulier chez les femmes et les filles qui ont tendance à être plus vulnérables à ce problème, incluent :

La nécessité de prendre position contre les forces régressives : À l’échelle mondiale, il est indiqué que 1 fille sur 3 a subi ou subira des violences au cours de sa vie. Il est donc nécessaire de tendre la main aux filles marginalisées et rurales pour les éclairer sur les différentes formes de violence sexuelle. – la violence fondée. Le mariage des enfants prive les filles de leur droit de prendre des décisions vitales concernant leur corps, leur bien-être et leur avenir. Elle les contraint à quitter l’éducation et à se retrouver dans une vie de perspectives médiocres avec un risque accru de violence, d’abus et de mauvaise santé. Ce phénomène est commun aux pays les moins développés.

Encourager les filles à s’exprimer : Il est nécessaire d’organiser des ateliers sur l’exploitation sexuelle, les droits des filles et le plaidoyer pour que les jeunes filles renforcent leur confiance dans leur capacité à s’exprimer sur la violence à laquelle elles sont confrontées.

Engagez les garçons et les jeunes hommes à devenir des agents du changement : les garçons peuvent assumer la responsabilité de défendre l’égalité des sexes et de briser l’attitude qui cause la violence à l’égard des filles et des femmes. Le besoin d’être éduqué dès le plus jeune âge est pertinent pour leur vie. Les jeunes peuvent également être mobilisés pour lutter contre les pratiques néfastes telles que le mariage des enfants et les MGF.

L’écoute active des filles qui ont vécu des expériences aiderait : l’une des façons de résoudre et de lutter contre la violence sexiste consiste à prendre le temps d’écouter les histoires des victimes et de répondre à leurs besoins. Cela laisse place à une approche positive et à une meilleure compréhension de la situation.

Éduquez-vous et éduquez ceux qui vous entourent : une bonne auto-éducation et l’éducation de votre entourage sur les occurrences et les dangers de la violence sexiste est un excellent outil pour combattre la menace et réduire le pourcentage de victimisation dans le pays.

Utilisez votre voix sur les réseaux sociaux pour sensibiliser à la VBG : Les réseaux sociaux sont un excellent outil pour diffuser des nouvelles, des informations, des publicités, au-delà des frontières, atteignant des millions de personnes à la fois. Les organismes internationaux peuvent facilement atteindre sans délai les sociétés concernées.

Parrainez une femme survivante d’un conflit et d’une guerre : Une femme qui a déjà vécu la violence connaît et ressent la douleur. Ainsi, parrainer plus de personnes comme ces survivants qui sont passionnés d’être des agents de changement dans leur communauté peut aider à protéger les générations à venir. En 2018, Pathfinder International, par le biais du projet Evidence to Action (E2A) et avec un financement de l’USAID, a mis en œuvre le projet de renforcement de la réponse à la violence sexuelle et sexiste. Le projet visait à renforcer la réponse à la violence sexuelle et sexiste en soutenant 10 centres de référence pour les agressions sexuelles (SARC) existants dans neuf États du Nigéria. Ces SARC fournissent des services médicaux, médico-légaux et de conseil essentiels aux survivants de VSBG ainsi que des références et des liens vers d’autres soutiens dont les survivants peuvent avoir besoin. Étant donné que les SARC sont des intervenants de première ligne essentiels pour les personnes victimes de VSBG, le projet s’est concentré sur le renforcement de leur capacité à maintenir leur fourniture de services complets et de qualité et sur le renforcement de leurs relations avec d’autres organisations, gouvernements et communautés afin de créer une approche globale et durable de la prévention et de la prévention des VSBG.

Violences symboliques

La violence symbolique est imperceptible, insidieuse et invisible. L’invisibilité constitue un outil efficace de domination silencieuse et de réduction au silence des dominés. Les discours dominants travaillent souvent à réduire au silence tous les autres discours périphériques ou subalternes. Le silence n’est pas surmonté simplement en permettant au subalterne de parler ou d’exprimer leurs préoccupations ; de tels actes sont vains pour vaincre le silence. Des changements systémiques/structurels doivent plutôt avoir lieu pour s’assurer qu’ils sont réellement entendus et qu’on leur accorde une autorité.

La domination qui découle de la violence symbolique est moins le produit d’une coercition directe que le fait que les dominés cessent de remettre en question les relations de pouvoir existantes, car ils perçoivent le monde et l’état des choses dans une activité sociale comme naturels, donnés et non modifiable. Pourtant, en même temps, les individus ne remettent pas en cause leur propre rôle dans la production et la reproduction de la domination et la subordination.

Au Nigeria, beaucoup de femmes et de filles sont victimes de violences symboliques sans même s’en rendre compte parce qu’elles s’habituent à être traitées d’une certaine manière parce qu’elles ont grandi en voyant leurs mères vivre la même chose alors elles voient cela comme normal ? Mais avec l’avènement du féminisme, beaucoup de femmes ont ouvert les yeux sur la façon dont elles devraient être traitées et sur les différentes formes de violence sexiste et les ont également encouragées à s’y opposer.

Personnes déplacées internes

Au total,  2.191.193 personnes déplacées à l’intérieur du pays (IDP) ont été identifiées dans 445 852 ménages. Cela représente une augmentation de 0,3% (6,939 personnes) par rapport à la série 36 des évaluations DTM, qui avait enregistré 2. 184 254 personnes déplacées (mai 2021).

La Série 37 de la matrice de suivi des déplacements (DTM), réalisée par l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM), vise à améliorer la compréhension de l’ampleur des déplacements internes, de la situation critique des rapatriés et des besoins des populations touchées par les déplacements dans le nord-est du Nigéria. Le rapport couvre la période du 19 avril au 09 juin 2021 et reflète les tendances des six Etats de la zone géopolitique du nord-est du Nigéria. Cette zone est la plus touchée par le conflit et se compose des Etats suivants : Adamawa, Bauchi, Borno, Gombe, Taraba et Yobe.

Le nombre de personnes déplacées enregistrées au cours du cycle 36 a augmenté de 1,6 % par rapport au cycle 35, au cours duquel 2 150 243 IDPs ont été identifiées (Mars 2021). Si l’on compare le nombre de personnes déplacées de la série 37 à celui de la série 32 (2 088 124 IDPs en juillet 2020), le nombre de personnes déplacées dans le nord-est du Nigeria a augmenté de près de 5% au cours de l’année passée.

Le nombre de personnes déplacées dans la région est désormais bien supérieur (augmentation de 8%) au nombre enregistré à la série 25 (2.026.602 personnes), qui a été réalisée avant que l’escalade de la violence ne soit observée en octobre 2018. L’augmentation du nombre de personnes déplacées a été constatée malgré le fait que l’accessibilité reste inférieure à ce qu’elle était pendant la série 25 et avant. Depuis le cycle 25 des évaluations, les LGA Kukawa, Kala/Balge et Guzamala dans l’État de Borno ont été largement inaccessibles en raison de l’augmentation des hostilités dans ces districts. Au cours du cycle 29, le quartier de Rann dans le LGA de Kala/Balge est redevenu accessible et l’est toujours actuellement. Étant donné que le nombre de personnes déplacées augmente, bien que l’accessibilité reste actuellement faible, on peut en déduire que les chiffres réels du déplacement pourraient être considérablement plus élevés. Afin de mieux comprendre le profil des personnes déplacées, des entretiens ont été menés avec 5,3 % de la population déplacée identifiée – 116 320 personnes déplacées – au cours de cette série d’évaluations. Les informations rassemblées et analysées dans ce rapport comprennent les raisons du déplacement, les lieux d’origine et les types d’abris, les schémas de mobilité et les besoins non satisfaits des populations déplacées. Au cours de la série 37, des évaluations de personnes déplacées ont été menées dans 2 397 lieux (contre 2 396 lieux lors de la série 36). Les lieux évalués comprenaient 308 camps et établissements assimilés à des camps (comme lors de la série 36) ainsi que 2 089 lieux où les personnes déplacées vivaient parmi les communautés d’accueil (contre 2 088 lors de la série 36). L’objectif était de mieux comprendre les lacunes des services fournis et les besoins de la population affectée. Les évaluations des sites comprenaient une analyse des besoins sectoriels, notamment les abris et les articles non alimentaires, l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH), la nourriture et la nutrition, la santé, l’éducation, les moyens de subsistance, la sécurité, la communication et la protection.

En outre, un total de 1 753 484 rapatriés a été enregistré dans l’évaluation de la série 37 du MNT. Cela représente une diminution de 9 893 individus, soit moins de 1 %, par rapport au cycle 36, où 1 763 377 rapatriés ont été enregistrés (mai 2020). Il convient de noter que pour la première fois depuis que DTM a commencé à saisir les mouvements de retour en août 2015, le nombre de rapatriés a diminué par rapport au cycle précédent. La diminution du nombre de rapatriés est principalement due à de fortes réductions dans les LGA Geidam et Yunusari dans l’État de Yobe, où les rapatriés ont été contraints de fuir leurs lieux d’origine une fois de plus à la suite d’attaques de groupes armés non étatiques. En outre, six lieux de retour dans les circonscriptions de Bultawa/Mar/Yaro et Mairari, toutes deux situées dans l’État de Yobe, n’étaient pas accessibles pendant ce cycle, également en raison des attaques. L’inaccessibilité de ces circonscriptions a également entraîné une diminution du nombre de rapatriés au cours de ce cycle.

Afficher en French FR English EN Portuguese PT