Indicateur 8 : Protection

Protection des droits fondamentaux des femmes et des filles

Les efforts pour prévenir, répondre et gérer la violence basée sur le genre en Sierra Leone sont ancrés dans un certain nombre de cadres juridiques, politiques et institutionnels.

  • La loi sur la violence domestique
  • La loi sur la dévolution des biens
  • La loi sur l’enregistrement des mariages et des divorces coutumiers. 

La traite des êtres humains, y compris des femmes et des filles à des fins d’exploitation sexuelle, se poursuit également en Sierra Leone. Au niveau régional, la pratique est aggravée par le fait que la Sierra Leone partage des frontières poreuses avec la Guinée et le Liberia. En Sierra Leone, les enfants, en particulier les filles des zones rurales, sont emmenés par des parents éloignés dans les villes pour y être asservis et y faire du petit commerce. Ces enfants sont également vulnérables à la violence sexuelle, y compris le viol, et les auteurs sont souvent des membres de la famille d’accueil. Ces lois ont été adoptées essentiellement pour répondre à la discrimination et à la violence généralisées contre les femmes et les filles. Une autre étape juridique importante est l’adoption de la loi sur les infractions sexuelles de 2012, qui met fin à l’impuissance et prévoit des sanctions pour ces infractions.

Violence basée sur le genre  et cas de violences sexuelles

Le gouvernement a modifié la loi sur les infractions sexuelles de 2012 en 2019 et a également institué un tribunal pour les modèles sexuels afin de renforcer et de faciliter la rapidité des procès et la condamnation des personnes accusées de viol. La plupart du temps, les enfants de moins de 5 à 18 ans sont constamment violés ou maltraités par les membres de leur famille, leurs enseignants et, souvent, leurs parents.  L’arc-en-ciel, qui est une organisation travaillant pour aider les femmes et les enfants vulnérables, en particulier les filles, fournit souvent des soins, un soutien phycho-social, un soutien médical et une aide juridique aux survivants de la violence sexuelle et sexiste.

La violence liée au sexe est un acte profondément ancré dans l’inégalité entre les sexes, et reste l’une des violations des droits de l’homme les plus notables en Sierra Leone. Pour aborder ce large éventail de questions liées au genre, le gouvernement a pris des mesures législatives et stratégiques dans le cadre de ses objectifs de développement plus larges. Il s’agit notamment de la promulgation de cadres juridiques pertinents tels que les “lois sur la justice pour les femmes” (loi sur l’enregistrement du mariage coutumier et du divorce, loi sur la violence domestique et loi sur la dévolution des biens) qui traitent de la violence domestique et renforcent les droits des femmes à hériter dans le cadre du mariage et du divorce ; la loi sur la lutte contre la traite des êtres humains et la loi modifiée de 2019 sur les infractions sexuelles pour la protection des femmes contre la violence liée au sexe. Le gouvernement de la Sierra Leone a également créé des institutions comme la Commission des droits de l’homme et les FSU (Family Support Unit) pour protéger les groupes vulnérables contre la violence et les violations des droits de l’Homme.

Le gouvernement a mis en place une ligne téléphonique gratuite pour signaler les cas de VBG. En outre, l’établissement de centres à guichet unique pour répondre à la violence domestique et sexuelle où les plaintes peuvent être traitées de manière holistique en un seul endroit. En outre, en réponse à l’augmentation des incidents de violence sexuelle, en particulier de pénétration sexuelle des filles, le président a déclaré l’état d’urgence sur le viol et la violence sexuelle en février 2019, ce qui a déclenché l’amendement de la loi sur les infractions sexuelles de 2012 par le parlement. 

Le gouvernement de la Sierra Leone a également séparé le ministère des Affaires sociales et de la condition féminine en deux ministères indépendants : le ministère de la condition féminine et de la condition féminine et le ministère des Affaires sociales. Il a également développé d’autres cadres politiques pour renforcer la prévention et les réponses à la violence liée au sexe, tels que le Plan de développement national à moyen terme (2019-2023), qui comporte un module consacré à l’autonomisation des femmes ; le Plan d’action national de la Sierra Leone pour la mise en œuvre intégrale des Nations Unies (SILNAP II) ; la Stratégie nationale d’implication des hommes pour la prévention de la violence liée au sexe en Sierra Leone ; la Stratégie de réponse à la violence liée au sexe 2020 et la mise en place de réunions mensuelles des piliers de la violence liée au sexe pour aborder les questions d’égalité des sexes. Un foyer d’accueil a également été établi dans la région de l’Ouest et créé dans tous les autres districts pour l’hébergement temporaire des survivants de la VBG qui sont vulnérables aux représailles ou qui ont besoin d’un espace pour leur guérison mentale et psychologique. Le 24 juillet 2020, le Président a lancé les tribunaux modèles pour les délits sexuels spéciaux afin de juger les affaires de viol. Le pouvoir judiciaire établira un tribunal de ce type dans chaque région et affectera un juge à chaque tribunal pour accélérer le jugement des affaires de viol.

On s’attend à ce que ces interventions donnent lieu à certaines améliorations, mais il reste difficile d’atteindre l’objectif de réduction de 50 % de la violence liée au sexe. Par exemple, l’E/MGF, une coutume et un rituel traditionnels communément appelés société Sande ou Bondo (société secrète traditionnelle ou culturelle pour les femmes), est largement pratiquée dans le pays. Il s’agit d’un facteur contribuant à la subordination des femmes et des filles par les hommes, car l’excision est censée minimiser la pulsion sexuelle des femmes et des filles. Pour réduire cette pratique, le gouvernement de Sierra Léone a pris des mesures pour faire appliquer la loi sur les droits de l’enfant de 2007, qui interdit ” les pratiques culturelles qui déshumanisent ou nuisent au bien-être physique et mental d’un enfant “. Cependant, l’application de cette loi est entravée par la non-inclusion de l’excision dans la définition des pratiques traditionnelles préjudiciables.

En plus des cadres normatifs et politiques, un certain nombre d’interventions et d’actions stratégiques ont été entreprises pour lutter contre la VBG.

On notera en particulier :

  • La création d’unités de soutien aux familles en tant que département de la police sierra-léonaise chargé d’enquêter et de poursuivre les cas de VBG
  • La mise en place d’un Comité national (NaC-GBV), de comités régionaux et de districts sur la violence basée sur le genre afin de coordonner toutes les interventions liées à la VBG aux niveaux national, régional et de district.
  • L’élaboration d’un plan d’action national quinquennal (2011-2017) sur la VBG qui aborde de manière holistique les questions de prévention, de protection et de poursuites, ainsi que la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation. 
  • La formulation d’un protocole et d’une voie d’orientation nationale pour traiter la VBG
  • L’élaboration et lancement de la stratégie nationale d’implication des hommes pour la prévention de la VSBG
  • La mise en place en 2020 d’une ligne d’assistance gratuite (116) pour le signalement des viols et des incidents liés à la VBG.
  • La mise en place en 2020 de centres à guichet unique (OSC) dans 6 districts.
  • Les OSC assurent la gestion clinique et le traitement des survivants, ainsi qu’un soutien psychosocial, juridique et autre aux survivants.
  • La création d’un groupe de travail présidentiel sur la violence sexuelle
  • La mise en place d’un tribunal modèle pour les délits sexuels
  • L’élaboration et le lancement de la politique d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes – cette politique aborde notamment les questions de violence liée au sexe.
  • L’élaboration d’une stratégie nationale de lutte contre la violence sexuelle et sexiste.

Ces lois et politiques nationales ainsi que les instruments internationaux constituent la base juridique de l’égalité entre les hommes et les femmes et leur mise en œuvre complète et efficace améliorera les relations entre les sexes et favorisera la protection et la promotion des droits des femmes dans le pays, ce qui est un signe d’engagement à intégrer la dimension de genre dans toutes ses lois, politiques et programmes.

Afficher en French FR English EN Portuguese PT