Indicateur 8 : Protection

Protection des droits fondamentaux des femmes et des filles

Violence sexuelle et Violence basée sur le genre

Cas de violences sexuelles

Les cas les plus récurrents sont les cas de viols sur les mineures, les prises en charge médical et juridique. Les filles entre 3 mois à 5 ans à l’intérieur du pays ans sont les plus impactées.

Le gouvernement dans sa politique de protection et promotion des femmes contre les violences a adopté les mesures suivantes :

  • Les Résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies : 1325 et connexes ;
  • L’existence d’un plan stratégique révisé et harmonisé de la Résolution 1325 et connexes ;
  • L’existence des résultats de l’enquête nationale sur les violences basées sur le genre et son plan stratégique de mise en œuvre ;
  • L’existence d’un répertoire des textes juridiques interdisant les violences basées sur le genre y compris les MGF/E ;
  • L’existence d’un Observatoire national sur les VBG ;

Les défis et obstacles sont de diverses natures :

  • La persistance de certaines pesanteurs socioculturelles ;
  • L’affaiblissement du rôle de la famille en tant que régulatrice des tensions sociales (insuffisance de dialogue entre tuteurs, parents et enfants, d’une part et de l’autre entre les différentes communautés) ;
  • La féminisation de la pauvreté (la pauvreté, la taille élevée des ménages) ;

Actuellement les organisations travaillent sur les sensibilisations, les tribunaux condamnent les auteurs, les prises en charges médicaux et judicaires sont faites par les structures concernées.

Les dispositifs de protection des femmes / filles contre les VBG sont entre autres :

  • L’Office de protection du genre et des mœurs (OPROGEM) ;
  • La Brigade spéciale de protection des personnes vulnérables (BSPPV) ;
  • Les centres de prise en charge des violences basées sur le genre (VBG) ;
  • Les instances judiciaires ;
  • Les Unités spéciales dans les commissariats et les gendarmeries

Violences symboliques

Les violences d’ordre symbolique dont les femmes font l’objet en République de Guinée se manifestent principalement par la polygamie, les l’abandon de la femme par la famille, le divorce, l’abandon des filles en cas de grossesse hors mariage, l’isolement, la ségrégation, l’humiliation, le dénigrement, l’expulsion de veuve, la rupture des fiançailles suite abus de confiance.

Elles constituent un frein à l’épanouissement normal des femmes parallèlement aux autres formes de violences qu’elles subissent.

Personnes déplacées internes

Informations non disponibles.

Afficher en French FR English EN Portuguese PT