Indicateur 6 : Accès

Accès à la terre et à la propriété

Le gouvernement, avec l’aide d’autres organisations internationales et nationales, a mis en œuvre la politique foncière nationale qui améliorera les systèmes de propriété foncière en pleine propriété et par héritage pour les femmes à Freetown et dans tout le pays. Mais il existe encore des problèmes dans certaines communautés concernant la propriété foncière des femmes, notamment par héritage. Les femmes peuvent posséder des terres et des biens librement à Freetown, mais en raison du taux élevé d’illégalité et du manque de soutien financier, notamment dans les zones rurales, il est extrêmement difficile pour les femmes de posséder des biens. De plus, la plupart des lois traditionnelles de la Sierra Leone restreignent encore la propriété des terres et des biens importants.  

Accès aux financements et au crédit

La Sierra Leone, comme de nombreux pays africains, a fait peu ou pas de progrès dans l’introduction du budget sensible au genre dans ses politiques fiscales. Le budget sensible au genre  est une politique financière et une administration fiscale pour l’actualisation de l’égalité des sexes et la promotion des femmes. La budgétisation sensible au genre permet au gouvernement de Sierra Léone (GoSL) d’intégrer des considérations de genre dans toutes ses politiques de dépenses et de recettes, ainsi que dans les processus et programmes visant à répondre aux besoins spécifiques des femmes. Le GoSL a créé le MoGCA, par exemple, pour répondre aux besoins des groupes sociaux qui ont subi des inégalités, comme les femmes, les enfants et les personnes handicapées.

Le gouvernement n’a cependant pas réussi à intégrer de manière significative les objectifs de genre dans ses politiques, processus et programmes de dépenses et de recettes. Cela s’ajoute au fait que les allocations budgétaires au MoGCA sont restées insignifiantes, se situant entre 0,4 % et 0,7 % du budget consolidé, contre 10 % pour le secteur de la santé et 21 % pour le secteur de l’éducation, comme le reflète le budget du gouvernement et la déclaration des politiques économiques et financières pour l’exercice 2019. En conséquence, le ministère n’a pas été en mesure de mettre en œuvre un grand nombre de ses programmes au niveau des districts, par exemple, et s’est fortement appuyé sur le financement de ses partenaires de développement, tiré principalement de la communauté internationale des donateurs. Les Ministères, département et agences (MDA) n’ont pas non plus financé leurs points focaux pour l’égalité des sexes et n’ont fait que se contenter d’un discours sur l’intégration de la dimension de genre dans leurs stratégies et plans d’action sectoriels. La situation n’est guère différente au niveau des districts et des municipalités. À l’exception des quelques maires ou présidents de district féminins, les conseils locaux n’ont pas eu de budgets, de plans d’action ou de stratégies sensibles au genre. La situation est encore handicapée par le manque ou l’inadéquation des capacités des parties prenantes, notamment des fonctionnaires du GoSL responsables du budget et des OSC, y compris les femmes, qui peuvent s’engager dans le budget. Par conséquent, même si une politique de budgétisation sensible au genre existe sur le papier, elle ne se manifeste pas encore dans les procédures budgétaires.

Accès à l’éducation

Bien que la Sierra Leone ait connu une forte augmentation des inscriptions dans les écoles et une réhabilitation progressive des structures scolaires après la guerre civile, le pays a continué à connaître une augmentation des abandons dans les écoles primaires et secondaires, avec une majorité de filles. Par exemple, le rapport de 2013 sur l’état de l’éducation en Sierra Leone, étayé par les statistiques de la Banque mondiale sur l’éducation en Sierra Leone pour certaines années, a confirmé que le pays connaissait toujours une augmentation des abandons dans les écoles primaires et secondaires et que les filles étaient majoritaires. Les statistiques indiquaient que sur les 74 458 abandons de l’école primaire en 2013, 40 765 étaient des femmes. Les écoles secondaires ont enregistré 206 121 abandons la même année et 109 508 étaient des femmes.

En 2015, 60 624 ont abandonné l’école primaire et les femmes étaient 31 132. Cette même année a enregistré 231 677 abandons d’adolescents 1 dont 118 010 étaient des femmes. Des tendances similaires ont été enregistrées dans la collection d’indicateurs de développement de la Banque mondiale (2017). Le taux d’abandon cumulé pour la première année du secondaire inférieur était de 10,08 % pour les garçons et de 11,71 % pour les filles, et pour la deuxième année du secondaire inférieur, il était de 10,58 % pour les garçons et de 13,61 % pour les filles. De nombreuses raisons expliquent cette tendance, notamment l’augmentation des agressions sexuelles et du harcèlement des filles par les enseignants et les élèves masculins, l’absence de la santé génésique dans les programmes scolaires et l’insuffisance des mécanismes de sécurité et de soutien pour les filles à l’école. La situation a été aggravée par l’épidémie sans précédent d’EVD de 2014 à 2016 au cours de laquelle les écoles ont été fermées dans tout le pays.

Lorsque le nouveau GoSL est arrivé au pouvoir, il a donc donné la priorité au développement du capital humain et a fait de l’accès à une éducation gratuite de qualité son programme phare. En 2018, le GoSL a lancé le programme d’accès à une éducation gratuite de qualité pour tous les enfants des écoles primaires et secondaires assistées par le GoSL. Le programme comprend des manuels de mathématiques, d’anglais et d’études sociales, des services de bus subventionnés dans la zone occidentale et dans tous les sièges de district, ainsi que des repas scolaires pour les enfants des zones reculées afin de s’assurer que les enfants ne vont pas à l’école le ventre vide. Ce programme a le potentiel de réduire considérablement le niveau d’analphabétisme dans le pays, en particulier chez les filles. Le gouvernement a également augmenté l’allocation budgétaire pour l’éducation, qui est passée de 12-19 % à 21 %, ce qui est le taux le plus élevé de la sous-région. En outre, en juin 2020, le Cabinet a adopté une politique incitative visant à améliorer le maintien des filles à l’école. Le gouvernement a également annulé l’interdiction faite aux filles enceintes de fréquenter l’école.

Malgré ces avancées encourageantes, il subsiste des pratiques systématiques de violence liée au sexe et de discrimination dans les environnements scolaires et les communautés, qui entravent l’accès des filles à une éducation gratuite et de qualité. Il s’agit notamment des mariages précoces, des viols, de la violence à l’encontre des femmes, des stéréotypes concernant les cours que les filles et les garçons devraient suivre et les carrières à suivre. Au sein des établissements d’enseignement supérieur, y compris l’enseignement supérieur et l’université, il subsiste des idées stéréotypées qui découragent les filles et les femmes de suivre certains cours. Par exemple, les sciences pures et appliquées, la technologie, le droit et les sciences politiques sont considérés comme le domaine des hommes, tandis que les femmes dominent des domaines tels que l’économie domestique, le travail social, l’enseignement et les soins infirmiers, conformément à leur rôle perçu de soignantes. Le gouvernement a mis en place un programme de bourses universitaires pour tous les étudiants en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM), mais il n’est pas certain qu’un pourcentage plus élevé d’étudiantes puisse bénéficier de ce programme à l’heure actuelle, étant donné que moins d’étudiantes que d’étudiants étudient l’une des matières requises. Il est nécessaire de mettre en place une action positive, notamment une aide financière ciblée sur les femmes, qui motivera et permettra aux femmes et aux filles de s’aventurer dans ces domaines d’études. L’accès à la formation professionnelle est presque impossible, surtout pour les femmes rurales, car il existe très peu de centres de formation fonctionnels dans le pays, dont la plupart se trouvent dans les zones urbaines.

Accès à la santé

La santé publique en Sierra Leone n’a cessé de se détériorer au fil des ans, en raison, notamment, d’un sous-financement flagrant associé à de mauvaises conditions de service pour les agents de santé, à un personnel qualifié insuffisant et à une mauvaise gestion du système de prestation. Ainsi, les taux de mortalité maternelle et infantile du pays sont restés parmi les plus élevés du monde, avec 1 360 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes et un taux de mortalité infantile de 12 120 pour 1 000 naissances vivantes. Les efforts visant à améliorer les interventions en matière de santé génésique sont lents et entravés par l’adhésion aux croyances et pratiques traditionnelles, des connaissances inadéquates, la pauvreté, la distance entre les centres de santé et les habitations, en particulier dans les zones rurales, l’intimidation par les maris, l’ignorance et l’absence de cadres juridiques pour protéger les droits des femmes en matière de santé génésique. La Sierra Leone s’est donc classée au septième rang mondial pour le nombre de grossesses chez les adolescentes en 2013. Le taux de mortalité maternelle est de 1,8 décès pour 100 000 habitants. La situation a été aggravée par l’épidémie du Virus Ebola (EVD) en 2014 qui a infecté environ 8 706 personnes et en a tué 3 590, y compris le personnel médical. Comme dans toutes les situations d’urgence, la Sierra Leone a enregistré une augmentation de la violence liée au sexe, notamment des viols, dont beaucoup ont entraîné des grossesses non désirées et des violences domestiques, avec les conséquences évidentes sur la santé des femmes et des filles. Une tendance similaire est observée avec l’apparition de la pandémie de coronavirus qui a non seulement fait des victimes mais aussi détruit les moyens de subsistance des femmes et des hommes. Par exemple, le MOGCA a déjà commencé à enregistrer un pic de VBG sur les lignes d’appel gratuit.

Le paludisme et la tuberculose continuent de représenter des menaces importantes pour la santé publique, tandis que le taux de prévalence du VIH s’élève à 1,5 % selon la Stratégie de coopération avec les pays de l’OMS – Sierra Leone en bref (2017). Une augmentation de la prévalence des cancers du col de l’utérus, du sein et de la prostate a également été constatée dans un contexte où il n’existe pas d’unités médicales spécialisées pour le diagnostic et le traitement. En ce qui concerne les risques sanitaires professionnels sur les lieux de travail et dans d’autres espaces publics, il n’y a pas de politiques médiatisées pour les prévenir et comme les femmes dominent généralement les secteurs de services comme le nettoyage et la restauration, elles restent très vulnérables aux maladies telles que celles causées par la fumée de cigarette. À la fin de la guerre civile en Sierra Leone, le gouvernement a construit de nombreuses unités de soins de santé primaires (USP) dans les zones rurales afin d’améliorer l’accès aux services de santé et dans le cadre du programme de redressement. Cependant, la plupart de ces structures sont restées sous-utilisées en raison d’un financement insuffisant et du manque de personnel médical disposé à travailler dans des zones reculées. L’impact global de ces réalités sur les femmes est écrasant car, en plus d’être des victimes directes des défaillances sanitaires, elles portent le fardeau de s’occuper des membres malades de leur famille tout en répondant à leurs besoins fondamentaux. La récente décision du gouvernement de la Sierra Leone de fournir des ambulances à chaque siège de district a amélioré l’accès à la santé, mais il reste encore des besoins spécifiques aux femmes qui ne sont pas satisfaits. Il s’agit notamment de la capacité du personnel de santé à répondre aux problèmes de santé spécifiques aux filles et aux femmes, tels que le viol et les autres formes de violence sexuelle. De plus, il n’existe pratiquement aucun mécanisme de contrôle pour s’assurer que la politique du gouvernement de la Sierra Léone concernant le traitement des victimes/survivantes de viols est respectée par les hôpitaux et les centres de santé.

Accès aux médias

Le gouvernement de la Sierra Leone (GoSL) reconnaît les technologies de l’information et de la communication (TIC) comme un outil essentiel au développement. Cependant, les réalités quotidiennes des femmes dans ce domaine indiquent que les parties prenantes, y compris le GoSL, ont à peine reconnu que la technologie, en tant qu’entité socialement construite, peut avoir un impact différent sur les femmes et les hommes. Par exemple, si l’absence ou la médiocrité des infrastructures de communication, l’analphabétisme informatique, le coût des connexions et les compétences linguistiques sont autant d’obstacles à la capacité des Sierra-Léonais à exploiter le potentiel des nouvelles TIC en tant qu’outils d’autonomisation, l’ampleur et la nature de l’impact sur les femmes et les hommes varient. En outre, le désavantage auquel les femmes sont confrontées peut être aggravé par des facteurs déterminants liés au genre, tels que les rôles multiples des femmes, les relations, la faible estime de soi et les stéréotypes sur l’image et les rôles publics des femmes. L’accès aux TIC ne se limite pas à la capacité physique de les utiliser, “il fait également référence à la capacité d’utiliser les informations et les ressources fournies”. Comme nous l’avons analysé ci-dessus, la plupart des femmes ne peuvent pas utiliser les TIC en raison de leur réalité vécue, à savoir qu’elles sont les plus pauvres et la plupart du temps analphabètes. Par exemple, la plupart des femmes n’ont pas les moyens de s’offrir des moyens de communication tels que la radio, l’ordinateur et les téléphones portables, tandis que leurs rôles sexo-spécifiques et la violence domestique, comme l’intimidation du conjoint, peuvent également les empêcher d’y accéder. Un autre exemple des obstacles auxquels les femmes sont confrontées dans le monde des TIC est l’accès physique aux stations de radio et de télévision et leur utilisation. Le GoSL a créé ou accordé des licences pour la création de stations de radio FM dans toutes les régions et certains sièges de district émettent dans les langues locales pour améliorer la communication et le partage d’informations dans le pays. Cependant, les informations diffusées par ces stations et les médias privés portent essentiellement sur des événements qui se déroulent dans les villes et les zones urbaines et qui mettent en scène principalement des hommes, tandis que les événements ruraux dans lesquels les femmes jouent un rôle clé ne sont pas couverts de manière adéquate. Il existe très peu de programmes médiatiques axés sur les femmes et celles-ci sont rarement présentes dans les sujets qui font la une des journaux. Au contraire, les femmes sont plus présentes dans les groupes “vulnérables” ou dans les événements mettant en avant leur sexualité et leur beauté. En ce qui concerne l’imagerie, les femmes qui se battent pour le leadership politique doivent souvent lutter contre une couverture et une représentation biaisées ou négatives dans les médias. La situation est exacerbée par le fait que les femmes ne sont pas suffisamment présentes aux postes de direction et de décision pour pouvoir avoir un impact sur les politiques, les programmes et les pratiques. Les femmes, comme les hommes, ont besoin des TIC pour accéder aux informations qui leur permettent de jouer leur rôle productif, reproductif et communautaire et d’acquérir des moyens de subsistance. Par exemple, l’accès aux TIC permettra aux femmes d’avoir une voix plus forte dans les affaires du GoSL et de leurs communautés, ainsi qu’au niveau mondial. Il rendra également leurs contributions plus visibles et largement reconnues, contribuant ainsi à transformer l’état d’esprit concernant leurs rôles sociaux. L’accès aux TIC offre également aux femmes la possibilité de participer aux programmes d’autonomisation sans être physiquement présentes. Cela est vrai pour les femmes dont la capacité à participer physiquement à de telles activités est diminuée par des contraintes telles que les rôles multiples des deux sexes, les restrictions du conjoint et le coût des déplacements. Avec la création de la Direction de la science, de la technologie et de l’innovation au sein du Bureau du Président en 2018, on espère que les questions relatives aux TIC seront intégrées dans les sphères sociales, politiques et économiques de la prestation de services. La direction est actuellement dirigée par une femme.

Afficher en French FR English EN Portuguese PT