Indicateur 6 : Accès

Accès à la terre et à la propriété

La situation actuelle en matière de terres au Ghana est que la plupart des femmes n’ont pas accès à la terre et n’en sont pas propriétaires. Bien que les droits des femmes à posséder des terres et à en hériter soient protégés par la loi au Ghana, dans la réalité, leurs droits coutumiers à la terre sont peu sûrs et elles ne peuvent pas, en pratique, posséder de terres. Le Projet d’administration foncière (LAP) a été lancé pour développer un système d’administration foncière décentralisé, équitable, efficace et transparent au Ghana afin de réduire la pauvreté.

Cependant, les femmes sont confrontées à ce défi car le système qui régit la propriété et la sécurité foncière varie largement d’une région à l’autre, mais il attribue généralement aux hommes le droit de propriété exclusif sur les terres, à l’exclusion des femmes. Les femmes ont accès à la terre principalement par l’intermédiaire des membres masculins de la famille ; elles peuvent se voir attribuer des parcelles ou cultiver les champs de leurs maris.

La raison pour laquelle les femmes n’ont pas accès aux terres, qui sont principalement utilisées pour l’agriculture, peut provoquer une certaine méfiance et elles peuvent sembler ne pas bien fonctionner dans leur responsabilité de prendre soin de la maison. En outre, les femmes ne doivent pas se sentir chefs de famille lorsqu’elles possèdent un terrain pour construire une maison.

Les femmes ont tendance à toujours avoir à cœur de développer des initiatives pour le bénéfice de tous. En donnant plus d’accès à la terre, les femmes changeront la situation du chômage en créant des entreprises sur les terres acquises et en cultivant la terre, ce qui peut apporter des revenus à la maison et créer des emplois pour la société, la communauté et le pays en général.

La mesure dans laquelle les communautés sont prêtes à accepter le changement en ce qui concerne les droits fonciers des hommes et des femmes dépend de leurs perceptions des pratiques existantes et de leur volonté d’adopter le changement. Les perceptions des hommes sont particulièrement importantes car la plupart des traditions et des lois ont été élaborées et maintenues par eux. L’opinion des hommes sur l’adéquation des pratiques et des lois coutumières existantes en ce qui concerne la sécurité d’occupation, la capacité des femmes à acheter et à posséder des terres, ainsi que l’accès et le contrôle des femmes sur les terres, était généralement plus positive que celle des femmes.

La Constitution de 1992 indique que, dans le cadre des principes directeurs de la politique de l’État, ce dernier doit prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la pleine intégration des femmes dans le courant principal du développement économique du Ghana. La propriété des biens et le droit d’héritage sont garantis à toutes les personnes. Dans la situation actuelle, les droits des femmes ghanéennes sont parfois très limités car on pense qu’elles sont censées rester à la maison et ne devraient pas posséder de biens par elles-mêmes. Leurs maris, en tant que chefs de famille, devraient posséder des biens pour prendre soin de la famille.

Les femmes sont cependant confrontées au défi de l’accès à la propriété car le système qui régit la propriété et la sécurité foncières varie largement d’une région à l’autre, mais il attribue généralement aux hommes le droit de propriété exclusif sur les terres, à l’exclusion des femmes. Les femmes ont accès à la terre principalement par l’intermédiaire des membres masculins de la famille ; elles peuvent se voir attribuer des parcelles ou cultiver les champs de leurs maris.

La raison pour laquelle elles n’ont pas accès aux terres, qui sont principalement utilisées pour l’agriculture, peut provoquer une certaine méfiance et elles peuvent sembler ne pas bien fonctionner dans leur responsabilité de prendre soin de la maison.

Les droits de propriété des femmes favorisent l’égalité des sexes, ce qui conduit finalement au développement. L’absence de ces droits entraîne le sous-emploi des femmes et les maintient dans la pauvreté.

Accès aux financements et au crédit

Au Ghana, les femmes éprouvent des difficultés à obtenir des prêts pour gérer ou développer leur entreprise. Les femmes n’ont pas accès au financement et au crédit parce qu’elles n’ont pas de garanties, qu’elles ne peuvent pas accéder au crédit formel des institutions financières et qu’elles dépendent du crédit informel qui est coûteux. Même si elles peuvent accéder au crédit formel, le montant est si faible qu’il ne peut répondre à leurs besoins agricoles, ni leur permettre de créer une entreprise ou de développer leur activité. Les femmes ont besoin de crédits pour embaucher de la main-d’œuvre et de services de vulgarisation pour obtenir des informations sur les technologies améliorées, mais les services de vulgarisation sont également biaisés en faveur des hommes en raison du nombre limité de femmes agents de vulgarisation et d’autres problèmes socioculturels. En outre, les femmes entrepreneurs ne parviennent même pas à demander des prêts en raison de facteurs tels que le manque de connaissances financières, l’aversion au risque et la peur de l’échec. Grâce à un meilleur accès au financement et aux fonds de roulement, la plupart des femmes entrepreneurs verront leurs entreprises s’épanouir, créant de l’emploi et ouvrant la voie à un avenir meilleur pour tout le monde.

Accès à l’éducation

Au Ghana, ce n’est qu’en 1995 que l’accent a été mis sur les filles. L’un des jalons des efforts politiques du Ghana a été l’Accord d’Accra sur l’éducation des filles, qui préconise une politique et un programme spécial pour éliminer l’écart entre les sexes dans les écoles. En 1997, l’Unité d’éducation des filles du GES a été créée. La situation actuelle de l’éducation des femmes au Ghana est la suivante : les femmes ont accès à l’éducation et y ont droit, et le nombre d’inscriptions a augmenté.

La plupart des jeunes femmes et des filles sont confrontées aux défis et aux obstacles que sont les mariages précoces, les grossesses, la pauvreté ou le manque de financement, la plupart des fonds étant destinés à l’éducation des garçons avant celle des filles, le harcèlement sexuel, la plupart du temps de la part de certains enseignants masculins et les tâches domestiques que les filles doivent accomplir avant d’aller à l’école. La plupart du temps, une fois que la fille a terminé ses tâches ménagères, elle se retrouve au milieu ou à la fin de la journée, ce qui fait que lorsqu’elle va à l’école, elle n’est pas en mesure de suivre les cours. Le Ghana continue de progresser vers la parité des sexes à tous les niveaux de l’éducation formelle.

L’accès des femmes à l’éducation va s’améliorer. Lorsque le mythe selon lequel “la place d’une femme est à la cuisine” aura disparu de la société et que les tâches seront partagées entre les filles et les garçons, les femmes auront moins de difficultés, voire aucune, à se rendre à l’école à l’heure pour étudier. Le gouvernement doit développer et mettre en œuvre des programmes de bourses pour les filles et s’assurer qu’elles restent à l’école pour terminer leurs études et passer aux niveaux supérieurs afin d’éviter d’être victimes de mariages et de maternités précoces qui les déresponsabilisent. Cela aidera les filles à être au même niveau que leurs camarades masculins avec lesquels elles ont commencé l’école.

Accès à la santé

Au Ghana, les femmes continuent d’être confrontées au problème du faible accès aux soins de santé, la mortalité maternelle étant l’un des principaux domaines d’inégalité en matière de santé. Le paludisme est une autre cause de morbidité au Ghana, avec une incidence élevée chez les femmes. Les défis liés au faible accès aux soins de santé pour les femmes comprennent une hygiène et un assainissement insuffisants, des investissements financiers inadéquats en matière de santé ou une main-d’œuvre et des installations limitées.

Pour que les femmes aient accès à des soins de santé appropriés, nous préconisons :

  • Mettre en place des institutions de santé et des régimes d’assurance, augmenter la main-d’œuvre, améliorer l’hygiène.
  • Le gouvernement doit imposer la mise en œuvre de programmes de santé scolaire dans toutes les écoles.
  • Mettre en œuvre les programmes de santé et de nutrition existants au profit de tous, en particulier des femmes, des hommes, des filles et des garçons défavorisés.
  • Mettre en œuvre des actions visant à réduire la mortalité maternelle, en allant au-delà des questions de santé génésique et en endiguant l’incidence des nouvelles infections par le VIH/SIDA chez les femmes pour s’attaquer à d’autres problèmes de santé touchant les femmes et les filles.
  • Examiner régulièrement les programmes destinés aux femmes et aux filles (par exemple, les questions d’eau, d’assainissement et d’hygiène [WASH] pour les femmes et les filles) et recommander des améliorations lors des examens annuels.

Accès aux médias

Les médias ghanéens ont connu une expansion significative depuis la libéralisation du secteur il y a environ 25 ans. L’expansion des médias s’est accompagnée d’une participation accrue des femmes, bien que les journalistes masculins soient toujours plus nombreux que les femmes dans la plupart des rédactions. L’espace médiatique pour l’activisme de genre n’a pas été efficacement engagé. En outre, les médias continuent de présenter les femmes dans des rôles stéréotypés et sexualisés. Les femmes sont généralement affectées à des tâches qui sont censées les protéger. Par exemple, un rédacteur en chef dira que les femmes sont plus aptes à faire des reportages sur les questions de santé et les questions relatives aux femmes et aux enfants. Une telle discrimination dans l’attribution des sujets donne l’impression que ce sont les journalistes masculins qui font le travail important qui rapporte de l’argent et qui méritent donc une promotion et un meilleur salaire. En outre, cette pratique permet aux journalistes masculins d’avoir des contacts “importants” dans le secteur, auprès desquels ils peuvent obtenir des scoops et d’autres sujets, renforçant ainsi la perception de leur importance.

Les militants pour l’égalité entre les hommes et les femmes et les médias doivent travailler ensemble en tant que groupe d’intérêt par le biais de partenariats sur des projets. Les médias n’ont pas non plus été engagés en tant qu’organe de régulation du genre et de la démocratie, pour aborder les problèmes des femmes tels que la pauvreté, les questions de santé reproductive et la violence sexuelle. Il convient d’explorer le pouvoir des médias pour en faire profiter tout le monde, en particulier les hommes et les femmes ordinaires, les filles et les garçons des communautés. En outre, la défense de l’égalité des sexes doit cibler les interventions qui offrent un soutien permettant aux femmes de combiner leur travail et leurs responsabilités sociales, comme des horaires flexibles permettant aux femmes de travailler à domicile.

Contrôle et bénéfices

Les hommes dominaient fortement les processus décisionnels et le leadership. Ils étaient considérés comme des leaders naturels, tandis que les femmes étaient considérées comme trop faibles et vulnérables pour être de bons leaders ou de grands décideurs. Ces perceptions minimisaient les rôles importants joués par les femmes, souvent en arrière-plan, dans la prise de décision et leurs capacités à devenir de bons leaders et de grands décideurs. Un appel a été lancé pour donner aux femmes une chance de démontrer leurs capacités plutôt que de les supprimer sur la base d’hypothèses non prouvées. La plupart des femmes sont confrontées au fait que seul l’homme doit détenir des biens et que tout ce qu’elles acquièrent appartient à l’homme. Cela n’encourage pas la plupart des femmes à posséder des biens pour avoir le contrôle et profiter des avantages.

Les femmes sont encouragées à s’organiser dans leur lutte pour une plus grande reconnaissance de leurs capacités en tant que dirigeantes, pour avoir le contrôle et pour une plus grande implication dans les processus de prise de décision à tous les niveaux afin de pouvoir avoir le contrôle et profiter de tous les avantages qui leur conviennent, que ce soit à la maison, au bureau ou partout où elles se trouvent.

Afficher en French FR English EN Portuguese PT