Indicateur 6 : Accès

Accès à la terre et à la propriété

Au Nigeria, les droits fonciers et l’accès aux terres sont indissociables du genre sur la base de la loi nigériane sur l’utilisation des terres de 1978, qui donne aux hommes et aux femmes des droits égaux à la terre. Cependant, dans la pratique, contrairement aux hommes, les femmes sont handicapées dans la prise de décisions sur l’acquisition, l’utilisation et la cession des terres. Malgré diverses politiques foncières qui prescrivent des droits à la terre dans la société moderne, les femmes restent marginalisées dans l’accès et l’utilisation économique de la terre, malgré leur engagement massif dans l’agriculture (plus de 80 % des agriculteurs en Afrique sont des femmes). Ceci est répandu dans les communautés rurales où les institutions informelles telles que les coutumes et les traditions prévalent. Dans la plupart de ces communautés, la structure patriarcale des familles est défendue par ces institutions informelles qui soutiennent la domination masculine sur les femmes. Les conséquences du faible accès des femmes à la terre comprennent le manque d’accès aux facilités de crédit des institutions financières formelles, où la terre sert de garantie. Il y a également un changement dans la dynamique des ménages, les rôles et la génération de revenus qui prévaut alors que les femmes se débrouillent pour leurs familles dans la plupart de ces ménages. À la lumière de ces éléments, il existe un ensemble croissant de connaissances axées sur la compréhension de la façon dont la propriété foncière peut être un filet de sécurité pour les femmes ;

L’accès au financement et au crédit dans la plupart des sociétés africaines intègre la dimension genre.

Les défis concernant l’accès à la terre des femmes sont nombreux :

  • le manque d’accès et de contrôle des femmes sur les ressources et les services productifs
  • le grave sous-emploi des femmes rurales
  • les inégalités persistantes entre les hommes et les femmes en matière de possibilités d’emploi et de rémunération
  • l’exclusion des femmes et des pauvres de la prise de décision et de l’élaboration des politiques
  • des environnements juridiques qui privilégient les droits des hommes par rapport à ceux des femmes

Accès à l’éducation

L’éducation est le fondement du développement humain et du progrès social dans un pays. À cette fin, l’importance de l’éducation pour la promotion des femmes a été soulignée dans le programme d’action de Pékin, dans lequel elle a été identifiée comme l’un des 12 domaines critiques et affirmée comme essentielle pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. L’élimination de la discrimination fondée sur le sexe dans l’éducation à tous les niveaux, ainsi que l’éradication de l’analphabétisme chez les femmes, l’amélioration de l’accès à la formation professionnelle, à l’enseignement scientifique et technologique et à la formation continue ont tous été identifiés comme des mesures importantes dans la plate-forme. De plus, l’objectif 4 des Objectifs de développement durable (ODD) garantit une éducation de qualité inclusive et équitable et promeut des opportunités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous.

  1. D’après l’enquête sur le niveau de vie au Nigeria (NLSS) 2019, le taux d’alphabétisation en anglais des jeunes femmes et hommes âgés de 15 à 24 ans était de 72,3 % pour les femmes et de 78,3 % pour les hommes au Nigeria.
  2. L’inscription des femmes à l’éducation d’alphabétisation des adultes/de base en 2016 était de 48,49 pour cent, elle a diminué à 45,57 pour cent en 2017, a augmenté à 50,48 pour cent en 2018 et a légèrement diminué à 49,19 pour cent en 2019.
  3. Le pourcentage d’inscription des filles à l’école primaire publique et privée était de 47,50 en 2016 et 2017 et a légèrement augmenté à 48,39 pour cent en 2018.
  4. Le nombre total estimé d’enfants à l’école primaire au Nigeria qui ne sont pas scolarisés en 2017/18 était de 10 193 917 ; le pourcentage de femmes et d’hommes était respectivement de 37,80 pour cent et 62,20 pour cent.
  5.  En 2016, 46,69 % des femmes se sont inscrites à la JSS et ont légèrement augmenté à 47,42 et 48,31 % en 2017 et 2018 respectivement.
  6. Le pourcentage de femmes qui se sont inscrites dans les collèges d’enseignement au Nigeria pour les sessions académiques 2015/2016 et 2016/2017 était inférieur à la moyenne, 47,33 et 46,44 % respectivement.
  7. Aux sessions académiques 2015/2016 et 2016/2017, 40,69 pour cent et 41,93 pour cent des étudiants qui se sont inscrits dans les polytechniques étaient des femmes respectivement.
  8. L’inscription des femmes dans les universités nigérianes au niveau du premier cycle était presque la même pour les deux sessions académiques sous revue (43,87 pour cent en 2017/18 et 43,82 pour cent en 2018/19).
  9. L’inscription féminine pour les études de troisième cycle était inférieure à 40 pour cent en 2017/2018 et 2018/2019.
  10. La répartition des femmes parmi le personnel académique de l’université nigériane était de 24,06 pour cent et 23,65 pour cent pour les sessions académiques 2017/18 et 2018/19 respectivement.
  11. Le pourcentage de femmes professeurs dans les universités nigérianes en 2017 était faible à 15,43 par rapport aux hommes à 84,57.

Accès à la santé

Les femmes ont droit au meilleur état de santé physique et mentale possible, essentiel à leur vie et à leur bien-être, ainsi qu’à leur capacité de participer à tous les domaines de la vie publique et privée, comme le stipule le programme d’action de Pékin de 1995 (BPA, 1995). Les femmes ont besoin d’être en bonne santé afin de réaliser leur plein potentiel. Cela inclut une bonne nutrition, les droits sexuels et reproductifs, la santé mentale, ainsi que l’absence de violence. La santé est donc “un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité”, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cependant, l’inégalité entre les sexes persiste dans la prestation des services de santé et les femmes ont souvent du mal à accéder à des soins de santé appropriés. Donner aux femmes les connaissances et les compétences nécessaires pour réaliser leur potentiel de santé, tout en garantissant la disponibilité et l’accessibilité des soins de santé primaires, est essentiel non seulement pour leur bien-être, mais aussi pour celui de leurs enfants et de leurs familles. La lutte contre les inégalités entre les sexes dans la prestation de services de santé permettra à toutes les femmes et à tous les hommes de vivre en meilleure santé, ce qui conduira à une plus grande égalité entre les sexes dans tous les domaines de la vie et à la réalisation de l’objectif 3 du développement durable (ODD), à savoir “Assurer une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tout âge” d’ici 2030.

Accès aux médias

La quantité de recherches sur le genre et les médias au Nigéria a surtout porté sur la représentation des femmes, leur participation, la réception par le public, etc. Au niveau mondial, des études ont été menées sur la représentation des femmes dans les médias, comme celle de Johannessen (2006), qui s’est concentrée sur la manière dont le genre est construit dans les journaux et les séries télévisées locales au Nigeria. Les médias nigérians de l’époque ont augmenté la couverture d’histoires sensationnelles de femmes victimes de violence de genre, d’abus sexuels, et ont présenté les femmes comme des chercheuses d’or, entre autres choses. Lorsqu’on leur donne une sorte d’identité, c’est généralement sous un jour négatif. En accord avec cette affirmation, les femmes sont exclues et marginalisées, de même les médias d’information excluent les voix des femmes ou les dépeignent comme des objets qui n’ont pas d’opinions ou qui ne conviennent qu’aux modèles publicitaires. Cependant, il convient de noter que les femmes sont des parties prenantes importantes dans le développement d’une nation. D’autres chercheurs sont du même avis. La façon dont les femmes sont représentées dans les médias est une préoccupation essentielle pour la recherche sur les médias en raison du pouvoir que les médias détiennent pour façonner l’opinion publique à travers leurs mécanismes de représentation. Cependant, l’intérêt pour la façon dont le genre est représenté dans les médias nigérians a été renouvelé depuis les transitions démocratiques des années 1990 à travers le continent et a apporté la libéralisation des médias. Les femmes s’emparent progressivement des médias au Nigéria et les utilisent pour raconter de manière positive les défis auxquels elles sont confrontées dans le pays et pour faire connaître leurs opinions.

Afficher en French FR English EN Portuguese PT