Indicateur 5 : Résolution 1325

Plan d’action national : conception, engagement de l’Etat

Le Ghana a récemment élaboré un plan d’action national (PAN) pour la période 2020-2025, généralement appelé Plan d’action national du Ghana (GHANAP II), avec l’aide du Ministère du Genre, des Enfants et de la Protection sociale (MoGCSP), avec la participation et la collaboration de partenaires locaux (WPSI KAIPTC, WILPF Ghana), régionaux (WANEP) et internationaux (PNUD, Haut-Commissariat du Canada) en 2020. Il s’agit du deuxième développé après l’expiration du premier en 2015. L’objectif est de construire des sociétés inclusives, sécurisées et pacifiques pour les femmes et les filles au Ghana, en s’appuyant sur les principes de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le PAN est structuré en référence aux principaux piliers de la RCSNU 1325 : participation, protection, prévention, et rétablissement et réhabilitation, et se concentre fortement sur l’avancement de la mise en œuvre de la résolution 1325 par le biais de structures institutionnelles accrues, de collaborations avec les parties prenantes, de la création d’une base de ressources, et du renforcement des mécanismes de suivi et d’évaluation.

Le deuxième plan d’action national du Ghana est précédé d’un autre Plan d’action national, adopté en 2010, lancé en 2012 et mis en œuvre pour la période 2012-2014. La période de mise en œuvre initiale du Plan d’action national était de 2012 à 2014, mais le plan n’a pas pu être mis en œuvre pour 2012 en raison du temps qu’il a fallu pour l’adopter officiellement.

La mise en œuvre du plan d’action national présentait des lacunes importantes :

  • l’absence d’un comité de pilotage interministériel pour coordonner la mise en œuvre de manière concertée ;
  • l’absence d’un budget dédié à la mise en œuvre ;
  • l’absence d’une stratégie et d’initiatives de collecte de fonds pour compléter le financement annuel limité du ministère ;
  • des priorités et des ressources concurrentes dans les différents ministères du secteur de la mise en œuvre ;
  • le manque de coordination entre les différentes parties prenantes ;
  • l’absence d’un groupe de femmes ayant des capacités dans le domaine des femmes, de la paix et de la sécurité (WPS) pour diriger la mise en œuvre coordonnée par le MoGCSP ;
  • et le manque de sensibilisation au Plan d’action national parmi les différentes institutions de sécurité et le grand public.

Le deuxième plan d’action national vise à tirer les leçons de l’expérience et à surmonter les difficultés rencontrées lors de la mise en œuvre du premier plan d’action national du Ghana.

Mise en œuvre

S’agissant de la mise en œuvre, voici quelques stratégies adoptées pour la mise en œuvre du plan d’action national ;

  • Renforcer la capacité des femmes à participer davantage à la prise de décision et aux processus de paix.
  • Construire une masse critique de parties prenantes sur les questions de paix et de sécurité des femmes (WPS).
  • Renforcer le plaidoyer pour une mise en œuvre efficace des législations et des politiques sur la paix et la sécurité des femmes, ainsi que le renforcement des structures institutionnelles.
  • Renforcer la collaboration entre les différentes parties prenantes
  • Créer une base de ressources solide pour la mise en œuvre du PAN.
  • Renforcer les mécanismes de suivi pour une mise en œuvre efficace.

Par ailleurs, le Ghana a rendu compte de la mise en œuvre de son PAN, ainsi que de ses engagements dans son rapport national pour Pékin+25 et en préparation de la CSW64 (2020). Plus précisément, le pays a fourni les mises à jour suivantes, entre autres :

  • Le Centre international Kofi Annan de formation au maintien de la paix continue de former une moyenne de 100 professionnels sur le genre, la paix et la sécurité chaque année.
  • Le service de police du Ghana a élaboré une politique en matière d’égalité des sexes afin d’intégrer cette question dans ses opérations et son administration.
  • Le Bureau des enquêtes nationales a également créé un bureau de l’égalité des sexes dirigé par un officier supérieur. Cette agence compte actuellement 52 % de femmes dans son personnel.

Les défis de la mise en œuvre du deuxième plan d’action national sont le budget dédié et la participation active des parties prenantes au niveau national et communautaire. La mise en œuvre du plan d’action national du Ghana (GHANAP II) contribuera grandement à maintenir la paix et la sécurité dans les communautés et dans le pays en général.

Mobilisation de ressources

La mobilisation des ressources pour la mise en œuvre et le bon déroulement du plan d’action national sont les suivantes ;

  • Gouvernement du Ghana (GoG) : le gouvernement doit inclure dans les budgets annuels (fonds dédiés) du MoGCSP, de la Défense, de l’Intérieur, des Finances, du Gouvernement local, des Affaires étrangères et des MMDA.
  • Sources privées et d’entreprise : envoyer des propositions aux organisations privées pour des activités spécifiques des ministères, MMDA et OSC.
  • Faites également appel aux partenaires de développement, aux organismes régionaux et continentaux.

Les ressources nécessaires à l’implémentation ne sont pas facilement disponibles, les parties prenantes doivent aider à collecter des ressources pour une mise en œuvre harmonieuse du plan d’action national. Les partenaires de mise en œuvre et de développement sont prêts à aider à pousser et à mettre en pratique le plan d’action national avec l’aide du gouvernement.

Vulgarisation

Le 12 août, Journée internationale de la femme, le Women, Peace and Security Institute (WPSI) du Centre international Kofi Annan de formation au maintien de la paix (KAIPTC), en partenariat avec le ministère du Genre, de l’Enfance et de la Protection sociale (MoGCSP), le Fonds des Nations unies pour le développement (PNUD), le Réseau ouest-africain pour la consolidation de la paix (WANEP), la Section nationale du Groupe de travail sur les femmes, la jeunesse, la paix et la sécurité (WGWYPS-GH) se sont réunis pour célébrer la Journée internationale de la femme 2020.

Le thème de la célébration est “Je suis la génération de l’égalité : Faire progresser les droits des femmes et des filles au Ghana”. L’un des temps forts du programme est le lancement du deuxième plan d’action national du Ghana (GHANAP II) sur la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies par le ministère du Genre, des Enfants et de la Protection sociale.

Le GHANAP II a été développé, lancé et porté à la connaissance du grand public avec la publication du document en ligne pour que chaque Ghanéen puisse y avoir accès et contribuer à sa mise en œuvre. Le défi du Plan d’action national du Ghana (GHANAP II) est de le traduire en plusieurs langues pour que chaque Ghanéen puisse le lire et le comprendre.

Si le grand public est informé du Plan d’action national du Ghana (GHANAP II), il est important de maintenir la paix relative dont nous jouissons aujourd’hui et de contribuer à la paix et à la sécurité internationales par l’envoi de troupes dans différentes opérations de soutien et de maintien de la paix, ainsi que par la résolution de divers conflits ethniques violents dans le pays qui affectent négativement les femmes et les enfants, ce qui rend indispensable la mise en œuvre de la RCSNU 1325 et est essentiel au maintien de la paix et de la sécurité nationales et internationales.

Le ministère de l’Egalité des sexes, de l’Enfance et de la Protection sociale dirige et coordonne activement toutes les activités à tous les niveaux, de l’élaboration à la mise en œuvre, avec l’aide des autorités locales et communautaires, notamment :

– les MMDA

– les OSC

– les organisations communautaires

– les chefs traditionnels et religieux. 

Le défi auquel le gouvernement est confronté avec la mise en œuvre est de trouver des personnes dévouées pour faire avancer les choses aux niveaux local et communautaire. Toutefois, avec l’implication des différentes parties prenantes et des partenaires, les MMDA, les OSC, les CBO et les chefs traditionnels et religieux qui reviendront avec des rapports et des suivis aideront grandement le gouvernement à suivre la mise en œuvre de ces derniers.

Nous notons enfin une très faible sensibilisation au Plan d’action national du Ghana (GHANAP II) parmi les différents échelons des institutions de sécurité et le grand public.

Afficher en French FR English EN Portuguese PT