Indicateur 4 : Dynamiques organisationnelles, leadership et transition générationnelle

Organisations féminines, réseaux et plateformes de femmes : réalités, forces et faiblesses

Au Ghana, nous pouvons relever plusieurs organisations très fortes qui contribuent à renforcer les droits des femmes :

  • Alliance pour l’initiative des femmes africaines (AFAWI)
  • Le réseau pour les droits des femmes au Ghana (NETRIGHT)
  • Le réseau ouest-africain pour la consolidation de la paix (WANEP)
  • Le Réseau ouest-africain des jeunes femmes leaders (ROAJELF)
  • ABANTU pour le développement
  • Fondation pour la sécurité et le développement en Afrique

Les tendances des deux dernières décennies

L’émergence d’organisations, de réseaux et de plates-formes de femmes au fil des ans a permis de briser la plupart des barrières auxquelles les femmes et les filles étaient confrontées dans la société et le pays en général. Les organisations, réseaux et plateformes de femmes se sont constamment battus pour l’inclusion et la participation aux niveaux de direction, ainsi que pour la paix et la sécurité des femmes et des filles dans le pays.

Toutefois, la faiblesse des organisations, réseaux et plateformes de femmes est le manque de cohésion. Chaque organisation ou réseau veut mettre son nom en avant pour un combat plus important qui nécessite un groupe de travail. Ils doivent s’unir et parler d’une seule voix pour lutter contre l’agenda des droits des femmes et des filles.

S’agissant des synergies, nous pouvons relever que :

  • La plupart des synergies existantes travaillent en étroite collaboration pour garantir l’obtention des résultats souhaités.
  • Il y a moins de synergies dans les différents secteurs, ce qui ne leur permet pas de travailler efficacement.

Leadership des femmes

La culture ghanéenne soutient toujours le leadership des hommes à tous les niveaux, même si des efforts ont été faits pour combler le fossé de l’égalité des sexes et donner aux femmes le droit d’occuper des postes dans la gouvernance, la politique et au niveau local. La femme est considérée comme ayant de nombreuses responsabilités à la maison et n’aura pas assez de temps ou ne sera pas dans le bon état d’esprit pour prendre des décisions difficiles lorsqu’elle y sera confrontée. Les femmes doivent s’occuper du foyer, de la famille et des obligations au sein de la communauté. Malheureusement, la plupart des femmes ghanéennes sont encore confrontées à de nombreux obstacles à la participation des femmes au leadership. En raison du fait qu’elles doivent s’occuper du foyer, de la famille et des obligations dans la communauté.

Le faible niveau de leadership des femmes au Ghana est souvent attribué principalement au patriarcat ou à la domination masculine. Il s’agit d’un aspect essentiel du système social ghanéen dans lequel le rôle et le statut de la femme sont relativement reconnus comme inférieurs à ceux de l’homme dans presque tous les aspects de la vie sociale, politique et économique.

La coutume, la loi et même la religion ont également été utilisées pour rationaliser et perpétuer ces rôles différentiels, à tel point que certaines femmes elles-mêmes semblent les avoir acceptés et intériorisés. Parmi les autres facteurs, citons la connaissance et la priorité limitées de l’égalité des sexes dans l’architecture du leadership ou de la gouvernance, le coût croissant de la politique au Ghana et la réduction des activités de plaidoyer des groupes de femmes et des défenseurs de l’égalité des sexes en raison du financement et des ressources limités. Pour y remédier, nous proposons de :

  • Impliquer activement les femmes dans les processus de gouvernance et autres.
  • Promouvoir un environnement politique favorable et des engagements qui réaffirment la volonté politique accrue de l’État de réaliser l’égalité des sexes dans tous les cadres de développement durable et autres objectifs d’autonomisation des femmes.
  • Mener une campagne en faveur d’une compréhension claire des concepts de genre et des fondements de l’autonomisation des femmes dans le développement socio-économique.

Le leadership des filles dans l’éducation a augmenté au fil des ans au Ghana. Les préfets ne sont plus seulement occupés par des hommes, mais des femmes sont maintenant préfets dans les écoles et même présidentes du Conseil de représentation des étudiants.

Les filles et les femmes ghanéennes sont confrontées à de nombreux obstacles à la participation académique et communautaire. Les filles ne sont toujours pas présentes aux postes de direction, car on leur dit dès l’enfance que même si elles font des efforts, elles se marieront et resteront à la maison pour s’occuper de la famille. On leur demande bien souvent de laisser les garçons occuper le devant de la scène et s’asseoir aux grandes tables. Même avec l’établissement de l’Unité d’éducation des filles du GES en 1997, qui est un point de référence pour l’implication des filles dans les activités scolaires et la prise de rôles de leadership, il y a encore des filles qui n’ont pas la chance d’aller à l’école à cause des tâches ménagères qu’elles doivent terminer avant d’aller à l’école, parce qu’on leur dit de rester tranquilles lorsque des décisions sont prises et parce qu’elles ne sont pas entendues lorsque des décisions sont prises.

Collaboration et transition générationnelle

Au fil des ans, on a assisté à une augmentation du nombre d’organisations de femmes créées pour aider à accroître le nombre de femmes dans les organisations et même aux postes de décision. La plupart des femmes ghanéennes se battent non seulement pour elles-mêmes, mais aussi pour la génération féminine qui vient après elles, afin d’acquérir les bases nécessaires pour occuper facilement des postes dans les organisations et contribuer à la prise de décision.

Même si la plupart des femmes se battent pour l’inclusion des femmes dans les organes de décision, les organisations et les postes politiques, certaines ne font pas participer les jeunes femmes aux réunions, aux discussions et aux recommandations lorsque cela est nécessaire. La raison en est que les jeunes filles s’auto – excluent ou ne s’impliquent pas, qu’il s’agisse d’apprendre à connaître les politiques et procédures organisationnelles, à communiquer efficacement pour être entendues lors des réunions, à ne pas demander de retour d’information et de corrections ou à négliger le processus pour parvenir à être invitées à prendre part aux décisions.

La question n’est pas toujours de savoir qui peut m’aider à y arriver, mais une jeune femme doit pouvoir se préparer à chaque étape du processus d’apprentissage et évoluer vers la vie professionnelle. Ainsi, les jeunes femmes seront sûres d’elles lorsqu’elles apporteront leur contribution, parce que le processus d’apprentissage sera plus efficace. Ils savent de quoi vous parlez et leur voix sera entendue.

Afficher en French FR English EN Portuguese PT