Indicateur 3 : Participation et Egalité Femme/Homme

Participation politique (présence et responsabilités dans les partis politiques, élues nationales et départementales, lois et quotas, etc.)

Au Ghana, il y a deux cent soixante-quinze (275) sièges parlementaires (pour les femmes, les hommes et les jeunes). Sur ce total, seuls quarante (40) sièges sont occupés par des femmes. Cent douze (112) femmes se sont présentées. Les deux cent trente-cinq sièges restants sont occupés par des hommes et les jeunes sont impliqués à tous les niveaux.

Au niveau des chefs d’entreprise métropolitains, municipaux et de district, nous avons un nombre total de deux cent soixante (260) sièges pour les femmes, les hommes et les jeunes. Le nombre de femmes est actuellement de trente-six (36) et les autres sont des hommes, y compris les jeunes. Des efforts ont été faits depuis l’indépendance pour promouvoir la participation des femmes à la politique au Ghana. Cependant, ces efforts n’ont pas donné les résultats escomptés. Les politiques et les lois seules sont limitées pour atteindre l’égalité des sexes. 

Participation aux instances de décision, nomination et discrimination positive

Les hommes, dès l’enfance, ont accès à des opportunités de leadership économique et politique. Contrairement aux hommes, les femmes doivent toujours pousser ou forcer pour obtenir un poste, car l’expression la plus utilisée est que la place des femmes est de s’occuper de la famille et qu’elles n’ont pas besoin d’être multitâches. Alors que les femmes constituent plus de la moitié de la population du pays (51,2 %), elles ne représentent que 13,8 % des membres du parlement national et constituent moins de 30 % des ministres, des membres du Conseil d’État, des responsables d’institutions et de conseils publics. Les chiffres sont encore plus bas au niveau local. La situation reste la même qu’aujourd’hui, les femmes doivent s’efforcer d’accéder à des postes de direction pour pouvoir prendre des décisions significatives qui les concernent, elles, les jeunes et les enfants.

Il semble toujours y avoir des défis pour les femmes dans les organes de prise de décision. Les hommes sont considérés comme des leaders naturels qui n’ont pas besoin de forcer leur chemin pour diriger. Des obstacles empêchent les femmes d’accroître leur représentation dans la société ghanéenne. La plupart de ces obstacles sont liés à la main-d’œuvre : les femmes ont des taux d’alphabétisation relativement faibles, une faible participation à l’enseignement supérieur et une faible participation aux professions libérales. Cette situation se traduit à son tour par une faible participation des femmes aux professions qui exigent des qualifications d’enseignement supérieur.

Les croyances culturelles et traditionnelles et la discorde au sein du foyer de la part des maris et des membres de la famille (consentement du mari) entravent également la participation des femmes aux organes de décision.

Les jeunes sont également considérés comme faibles et moins expérimentés pour participer à des discussions significatives aux niveaux décisionnels.

Le monde évolue et les femmes ont la possibilité d’occuper des postes de direction ; elles apportent des perspectives différentes dans la prise de décision, les femmes sont de bons leaders, moins corrompues, elles prêtent une attention particulière aux détails. Légalement, les Constitutions prévoient l’égalité des sexes. Les femmes continueront à s’engager dans des entreprises économiques productives et à contribuer de manière significative à l’amélioration de l’économie du pays.

Il est donc nécessaire d’examiner les obstacles sur le lieu de travail et dans les zones communes à la participation effective des femmes aux processus de gouvernance.

Il faut également :

  • Promouvoir un environnement politique favorable et des engagements qui réaffirment la volonté politique accrue de l’État de réaliser l’égalité des sexes dans tous les cadres de développement durable et autres objectifs d’autonomisation des femmes.
  • Mettre en œuvre la politique d’action positive pour la réalisation de la représentation d’au moins 40% des femmes dans toutes les structures, tout en plaidant pour l’adoption d’une législation sur l’action positive.
  • Promouvoir le mentorat en matière de leadership politique pour les femmes, au moins à partir du niveau de l’enseignement supérieur.

De même, il s’avère important de soutenir davantage de femmes dans la prise de décision à des postes gouvernementaux et au-delà contribuerait à inverser les faibles niveaux actuels de participation et de représentation des femmes dans les processus de décision politique et dans d’autres espaces à tous les niveaux.

Malgré l’important travail de plaidoyer des organisations non gouvernementales (ONG) et d’autres organisations en faveur de l’amélioration de l’égalité des sexes, plusieurs facteurs continuent d’entraver un changement juridique efficace.

Au Ghana, très peu de changements ont été observés au sein des communautés en termes de leadership et de prise de décision. Il semble que la domination masculine en matière de leadership et de prise de décision soit considérée comme un principe fondamental de la vie quotidienne, soit parce que le changement n’est pas jugé nécessaire, soit parce qu’il est considéré comme trop difficile de modifier les traditions existantes.

S’agissant des défis et obstacles nous pouvons en noter plusieurs. En effet, les femmes sont moins nommées aux postes de décision, ce qui pose les défis suivants ;

  • Faible niveau d’éducation des femmes
  • La peur et le manque de confiance des femmes
  • Ressources insuffisantes (financières et matérielles)
  • Environnement insensible au genre et intimidation.
  • La socialisation est orientée vers l’autonomisation du garçon au détriment de la fille.
  • Stéréotypes de genre
  • Insultes et injures
  • Mariage précoce ou forcé (relocalisation dans d’autres communautés)
  • Discorde à la maison de la part des maris et des membres de la famille (avec le consentement du mari).
  • L’âge et le statut marital jouent contre les femmes.

Les femmes sont généralement considérées comme des êtres faibles et ne peuvent pas occuper de postes de direction. Mais la femme est capable d’aller travailler, de s’occuper des enfants, du mari et même des autres membres de la famille, de s’occuper de la maison et de contribuer à faire de la société, de la communauté et du pays en général un meilleur endroit où vivre.

Les femmes sont prêtes et capables d’assumer des rôles stimulants, quels que soient leur âge et leur physique. Il est nécessaire d’intégrer, de promouvoir et de nommer des femmes à des postes de direction pour s’aligner sur l’égalité des sexes.

Lorsqu’il y a une discrimination positive, tout le monde en profite. Il y a toujours la paix, la sécurité, un environnement sûr et tout le monde se sent égal et aimé. Plus important encore, l’égalité des sexes contribue à prévenir la violence à l’égard des femmes et des filles et rend nos communautés plus sûres et plus saines. C’est un droit humain et c’est bon pour l’économie.

Il existe un problème de discrimination positive car la plupart des hommes se considèrent encore comme des chefs à tous les niveaux et doivent le rester. La femme doit rester à la maison pour que les hommes fassent le travail et s’occupent d’eux. Les femmes n’ont pas besoin de rivaliser avec les hommes car certains hommes pensent qu’elles sont des aides et n’ont pas besoin d’avoir une position égale à la leur. D’où le défi d’augmenter le nombre de femmes dans les écoles (en particulier dans l’enseignement supérieur) où elles peuvent obtenir les diplômes nécessaires pour occuper n’importe quel poste en cas de besoin. Les hommes se battent également pour que les femmes soient incluses dans les organes de décision et pour que les femmes aient aussi leur mot à dire.

Participation aux initiatives de paix et aux instance de promotion de la cohésion sociale

On a l’impression que les jeunes ne sont que les auteurs de la violence dans les situations de conflit et que leur rôle dans la promotion de la paix dans leurs communautés et au-delà a souvent été négligé. Nous oublions que lorsque les jeunes sont marginalisés et ignorés, il y a peu de chances de parvenir à une paix durable au sens propre du terme. Les femmes sont également ignorées sous prétexte qu’elles doivent rester à la maison et s’occuper de la famille. Si elles s’impliquent dans des initiatives de paix, personne ne pourra s’occuper des problèmes lorsque le mari ne sera pas là.

Les femmes et les jeunes sont souvent ” exclus ” des discussions sur les conflits. Il s’agit d’une pratique dangereuse car les jeunes et les femmes peuvent jouer un rôle très positif dans la consolidation de la paix dans les sociétés qui se remettent d’un conflit. La référence aux jeunes en tant que “futurs dirigeants” est une chose qui doit être effacée. Le leadership ne doit pas être considéré comme un facteur d’âge et la mise en place de contextes de gouvernance appropriés permettrait probablement aux jeunes de s’épanouir en tant que leaders aujourd’hui. Les jeunes et les femmes doivent être traités comme des leaders dès aujourd’hui, sans que cela soit reporté à un futur insaisissable, que ce soit dans la gouvernance en général ou dans les programmes de consolidation de la paix en particulier.

La plupart des femmes et des jeunes ont tendance à se cantonner dans le “je ne suis pas encore prêt pour ce poste” et ne participent pas aux organes de décision qui favorisent la paix.

Les raisons de la forte participation des femmes, des hommes et des jeunes aux initiatives de paix sont les suivantes ;

  • Les femmes, les hommes et les jeunes jouent tous des rôles clés qui contribuent aux conflits.
  • Les jeunes sont les auteurs les plus actifs de la violence dans les situations de conflit.
  • En temps de conflit, les femmes et les enfants sont les plus touchés.
  • Les femmes, les hommes et les jeunes doivent donc être activement impliqués dans la construction de la paix car ils sont tous les deux des acteurs critiques dans les conflits.

Contrairement aux femmes et aux jeunes qui sont considérés comme faibles ou ayant moins d’expérience, les hommes prennent part aux décisions visant à promouvoir la cohésion sociale.

Ils ne cherchent pas à savoir qui d’autre doit s’impliquer pour obtenir les résultats souhaités.

La plupart du temps, les femmes et les jeunes n’accèdent pas aux postes permettant de promouvoir la cohésion sociale. Au Ghana, les femmes et les jeunes se perçoivent dans des formes de statut social qui peuvent elles-mêmes être la source (principale) de discrimination, notamment l’âge, la classe sociale, l’origine ethnique, la religion, les (mauvaises) aptitudes, etc.

Lorsque les citoyens, en particulier les femmes et les jeunes, se voient confier des rôles décisionnels, ils peuvent défendre le bien-être de leurs familles et la sécurité de leurs communautés et promouvoir la cohésion sociale.

Afficher en French FR English EN Portuguese PT