Indicateur 3 : Participation et Egalité Femme/Homme

Participation politique (présence et responsabilités dans les partis politiques, élues nationales et départementales, lois et quotas, etc.)

Bien que le gouvernement de la Sierra Leone (GoSL) s’efforce d’adopter des politiques et des mécanismes visant à garantir la présence active des femmes dans le processus décisionnel, il ne s’agit que d’un pas dans la bonne direction. Les femmes sont encore largement sous-représentées dans les processus d’élaboration des politiques et de prise de décision, dans les sphères publiques et privées, y compris dans les partis politiques, ce qui les prive de la possibilité d’apporter des changements du point de vue des femmes. Par exemple, lors des élections générales de 2018, certains partis politiques ont pris des mesures positives pour avoir plus de femmes candidates en proposant de payer les frais de nomination de toutes leurs candidates. Cependant, la plupart de ces femmes ne sont même pas passées par les élections primaires de leurs partis respectifs parce qu’elles n’ont pas pu surmonter d’autres obstacles liés au genre, comme la discrimination, l’intimidation, le manque de fonds pour la campagne et une faible estime de soi.

Participation aux instances de décision, nomination et discrimination positive

Le rôle des femmes dans la prise de décision est toujours un sujet de préoccupation. Les femmes sont encore largement sous-représentées dans les conseils d’administration, le parlement, le gouvernement de la Sierra Leone, les agences et les établissements d’enseignement, en particulier les universités, ainsi que dans les comités nationaux et locaux en tant que dirigeantes, malgré les appels lancés depuis des années par les activistes des droits de l’Homme et de l’égalité des sexes en faveur d’une participation active et égale des femmes au leadership politique et à la prise de décision. Les appels à un quota de 30 % dans les postes électifs et nominatifs n’ont été entendus que du bout des lèvres, y compris par les partis politiques. La participation pleine et active des femmes est cruciale pour le développement économique durable, la paix et la sécurité.

Le gouvernement de la Sierra Leone s’efforce d’adopter des politiques et des mécanismes visant à garantir la présence active des femmes dans le processus décisionnel. Cependant, les femmes sont encore largement sous-représentées dans les processus d’élaboration des politiques et de prise de décision, dans les sphères publiques et privées, y compris dans les partis politiques, ce qui les prive de la possibilité d’apporter des changements du point de vue des femmes.

Actuellement, il y a 18 femmes parlementaires (12,32 % des législateurs). Il y a également 7 femmes ministres sur 31 ministres. Les femmes occupent également d’autres postes de haut niveau, notamment en tant que vice-ministres et chefs de commissions, d’organismes parapublics, d’agences et de missions diplomatiques. Cependant, il reste beaucoup à faire pour augmenter le pourcentage de femmes leaders et décideurs politiques, raison pour laquelle les femmes ont demandé un quota minimum de 30 % dans toutes les fonctions électives et nominatives. Les femmes sont victimes de discrimination, d’intimidation, de manque de fonds de campagne, de manque d’estime de soi de différents types au niveau local, y compris l’interdiction d’occuper certains postes dans certaines communautés. Dans la sphère privée, les femmes sont principalement confinées à leurs rôles traditionnels d’épouses, de mères et de soignantes. Sur le plan politique, elles sont largement limitées à des rôles dans l’arène traditionnelle tels que les Soweis (chefs de sociétés secrètes féminines) ou les Mammy Queens (leaders féminins).

Les obstacles au leadership des femmes comprennent, sans s’y limiter, les perceptions culturelles bien ancrées du rôle des femmes par rapport à celui des hommes dans le leadership politique et la prise de décision, la faible estime de soi des femmes, l’absence de programmes d’autonomisation des femmes, les niveaux élevés d’analphabétisme chez les femmes, la pauvreté, la pauvreté liée au genre, l’intimidation, les rôles multiples des hommes et des femmes et la participation limitée des femmes aux processus électoraux. 

Participation aux initiatives de paix et aux instance de promotion de la cohésion sociale

Les femmes influencent souvent les processus politiques formels depuis l’extérieur. Les groupes de femmes ont fait campagne pour que les droits des femmes soient inclus dans les négociations, ont surveillé les politiques et la législation et ont fait pression pour que les droits des femmes figurent dans les nouvelles constitutions. Pendant les conflits, les femmes assument des rôles normalement dévolus aux hommes, comme celles qui gagnent leur pain et protègent leur famille. En dehors de leur propre famille, elles jouent un rôle humanitaire dans les communautés en fournissant de la nourriture, des vêtements et des médicaments aux familles en détresse. En général, les femmes utilisent toutes les ressources dont elles disposent pour influencer les processus de paix, notamment en organisant des réunions de prière, des marches et des veillées et en faisant circuler des pétitions contre la violence.

Le gouvernement de la Sierra Leone et les organisations de femmes et les OSC travaillent  ensemble pour promouvoir la paix et la cohésion sociale. Le dialogue national pour la consolidation de la gouvernance démocratique pour la paix et la cohésion nationale en Sierra Leone s’est tenu du 23 au 25 mai 2019 au Bintumani International Conference Center à Freetown. La conférence, appelée Bintumani III, avait pour but d’unir le pays qui a été divisé selon des lignes politiques et ethniques à la suite des élections générales qui ont eu lieu en 2018.

La Conférence nationale pour la paix et la cohésion sociale a été réalisée par des OSC, des groupes d’intérêt, des consultations de parties prenantes, des groupes de femmes, des groupes d’enfants, des groupes religieux et des groupes de partis politiques.

Les enjeux relatifs à la participation effective des femmes aux instances de cohésion sociale et de promotion de la paix sont de diverses natures :

  • Manque de participation de certains partis politiques (par exemple, le parti d’opposition All People’s Congress n’a pas participé).
  • Manque de soutien financier efficace pour les organismes de cohésion sociale.
  • Manque d’engagement de la part du gouvernement
Afficher en French FR English EN Portuguese PT